06 mai 2015

Le projet de loi Renseignement pour les nuls

 

surv

Tu es sûrement déjà au courant mais hier, mardi 5 mai 2015, le projet de loi Renseignement a été voté à l’Assemblée Nationale. Branle-bas de combat sur les Internets, certains craignant la menace d’un État espion (avec des agents secrets cachés sous ton lit en option) pendant que d’autres appellent à la révolte, si possible à coups de clavier dans la nuque de Bernard Cazeneuve. Remise à niveau pour les gens qui aimeraient bien savoir s’ils peuvent continuer à télécharger comme un porc regarder Game of Thrones peinards et envoyer des mails d'amour à Valérie Pécresse en toute sécurité, si la loi est validée par le Sénat.

 

Concrètement, grâce à la loi Renseignement, si un internaute est soupçonné d’avoir des activités terroristes ou mettant en danger la République de manière générale, le 1er Ministre pourra le placer sous surveillance. Mais selon le texte, avant de coller des micros sur ton chien pour t'observer jour et nuit, Manuel Valls devra d’abord consulter :

 

Capture d’écran 2015-05-06 à 14

Capture d’écran 2015-05-06 à 14

 

C’est un peu la dream team de la surveillance, avec au casting 3 députés, 3 sénateurs, 3 membres du conseil d’État, 3 magistrats de la cours de cassation et un expert en communication électronique. À un moment ils ont pensé à recruter Stallone, mais il s’est désisté à la dernière minute. La surveillance doit donc être justifiée et validée par tout ce beau monde avant d’être mise en place, sauuuuf en cas de "menace imminente". Et ça tombe vachement bien parce que depuis les attentats de Charlie Hebdo en janvier dernier, la France est en "alerte attentat" au niveau du plan vigipirate, donc en état de "menace imminente".

 

Ce qu'une majorité de citoyens (et quelques élus) craint, c’est que le gouvernement passe par la case « surveillance » sans passer par la case « commission », et qu’un individu lambda puisse être mis sur écoute pour tout, mais aussi pour n’importe quoi. Parce que la loi prévoit en plus de nouveaux motifs de surveillance, parmi lesquels "l’atteinte à la forme républicaine des institutions". Personne ne sait ce que ça veut dire, même le type qui a rédigé le texte est pas hyper sûr, du coup c’est pratique parce que ça englobe un peu tout le monde. Tu communiques avec un proche au Moyen-Orient, paf, tu menaces la forme républicaine des institutions. Tu critiques les autorités, tu votes au Parti Communiste, tu portes des santiags bleues, paf. Big brother dans ton salon.

 

Une fois que t'as été classé "individu douteux", les services de renseignement pourront s’appuyer sur plein de nouveaux outils pas du tout flippants pour capter des conversations téléphoniques et des échanges de mails, à l’aide de micros, de caméras, de tracker GPS et de logiciels espions, de manière tout à fait légale. Ça veut dire: 1) qu'il va falloir arrêter d'aller sur Internet quand t'es aux chiottes et 2) qu'on peut avoir accès à toutes tes informations personnelles, même si t'as rien fait. Bonne nouvelle pour les voisins du terroriste présumé : ils pourront aussi profiter du pack surveillance puisque la plupart de ces outils captent les métadonnées de la personne visée, mais aussi celles des personnes à proximité. Ça peut être pratique 15 jours en été quand tu pars à la Grande Motte et que t'as personne pour surveiller ton appart, mais c'est chiant les 350 autres jours de l'année.

 

Le pompon sur la Garonne comme on dit par chez moi, c’est que les fournisseurs d’accès à Internet (Free, Bouygues, Orange, SFR...) participent, pas forcément de leur plein gré, à la surveillance généralisée qui s’organise. L’État compte mettre en place un algorithme pour « filtrer les activités suspectes », grâce à une série de mots-clés ou à l'aide des sites visités par l’internaute. Le problème, c’est que cet algorithme, c’est un peu comme le Coca ou la sauce Deluxe de Mac Do : personne sait vraiment ce qu’il y a dedans. Et en général quand on nous cache les ingrédients, c’est que la recette est dégueulasse. Pleurez, vous êtes filmés.


Nouveau commentaire

Commentaires sur cet article:

    Ah c'est çaaaa ! Merci pour les explications !
    C'est un peu comme les Etats-unis en fait, ils écoutent tout et tout le monde, l'autre jour, Mme Merkel se plaignait d'être écoutée par eux...
    Finalement, vu qu'on sera tous écouté et espionné, ils devront embaucher beaucoup de gens (en fait, ça fait partie de leur projet de diminuer le chômage ?).
    Ca a des chances de passer au Sénat, non ? C'est inquiétant.

    Belle intervention de July, 06 mai 2015 à 21:53 | | Répondre à July
  • Moi, j'aurais pas fait comment ça...

    Belle intervention de Florian, 07 mai 2015 à 10:03 | | Répondre à Florian
  • Tient ! Je viens de me rendre compte d'un truc !

    (Très bon article comme d'habitude mais bizarrement c'est pas tant le sujet)

    Je me baladait dans mais favoris en attente de divertissement (ma vie est fascinante) quand je me suis rendu compte que tu a mis le turbo ! Un article par mois ! Je ne m'y serai jamais attendu ! On est reparti sur le rythme skyblog ??!

    Bon, en espérant que tu ais toujours autant d'inspiration que ces derniers mois (deux post en février !) et bonne continuation !

    Belle intervention de Siws, 14 mai 2015 à 17:41 | | Répondre à Siws
  • Édit : 3 post en février ! Mon cerveau n'a pas réussi a assimiler une telle informations...

    Bon j'arrête dire de la m*rde

    Belle intervention de Siws, 14 mai 2015 à 17:46 | | Répondre à Siws
  • C'est pourquoi on a tous l'intelligence de mettre un post-it sur notre webcam pour pouvoir regarder sex and the city dans le bain en toute tranquillité.

    Belle intervention de Dessinsdabeille, 12 juillet 2015 à 15:54 | | Répondre à Dessinsdabeille
  • Un humour brillant ! Attention à ne pas te faire mettre dans la case "activités douteuses" car venant te voir je ne voudrais pas que par extension mon abonnement gratuit aux films que j'enregistre gratos sur internet ne s'arrête prématurément avec une amende énorme à la clé !

    Belle intervention de faisons court, 18 août 2015 à 17:19 | | Répondre à faisons court